PROJET DE "SURF PARK" A SAINT-PERE EN RETZ

Depuis le début de l’année 2019, un projet de «surf park» à Saint-Père en Retz, mobilise les opposants.

 

La création d’un bassin de 200 à 225 mètres de long sur 75 à 85 mètres de large avec création de vagues artificielles, condamnerait 10 à 15 hectares de terres agricoles (surf-park, camping, infrastructures, hôtels, commerces liés, accès...).

 

Ce projet est totalement absurde, car situé à seulement 10 km de l’océan!
A un moment où la sécheresse et les effets du réchauffement climatique se font sentir dans notre région, ce projet, gros consommateur d’eau est une abérration écologique.

 

Alors que le PLU de Saint-Nazaire commence enfin à prendre en compte la nécessité de moins artificialiser les sols, celui de Saint-Père en Retz prévoit l’urbanisation de 58 hectares supplémentaires d’ici 10 ans.

 

Plus de 40 000 m3 d’eau en tenant compte de l’évaporation et du renouvellement partiel du bassin sont nécessaires.

La consommation énergétique du lieu serait de plus de 300 000 kw/h par an pour produire les vagues artificielles, plus la filtration du bassin et le maintien à 22 degrés de l’eau tout au long des 8 à 9 mois d’ouverture par an.

 

A l’appel du collectif «Terres communes», plusieurs rassemblements contre ce projet ont eu lieu.


Le 20 juillet 2019, les opposants ont dû faire face à l’agressivité et à la violence de certains élus et riverains favorables au projet (pour quelques emplois immédiats au détriment de l’avenir des terres et des ressources), soutenus par des agriculteurs... Les mêmes qui se plaindront plus tard de la disparition des terres agricoles!

 

Après un week-end de mobilisation les 7 et 8 septembre, un nouvel appel a été lancé pour manifester contre le projet de surf-park, les 28 et 29 septembre 2019.


Natur-Action se joint bien évidemment à la mobilisation contre ce projet inutile, à l’instar de beaucoup d’autres.